Marrakech ! Ses riads mythiques, sa douceur de vivre légendaire, sa gastronomie généreuse,… Après les émois du printemps arabe et les craintes qu’il a pu susciter chez un certain nombre d’occidentaux, un très bel ouvrage vient à point nommé nous rappeler que la cité impériale reste définitivement la porte d’un orient non seulement fascinant, mais aussi ouvert et accueillant, gourmand et raffiné.

Couverture du livre Le Riad Monceau la gastronomie marocaine en son palais

Prenant pour cadre la très belle propriété de la créatrice Isabelle Aubry, le livre « Le Riad Monceau – la gastronomie en son palais » paru aux éditions La croisée des Chemins se veut un hymne à Marrakech, à son architecture, son art de vivre et, bien sûr, sa gastronomie.

Tandis que la première partie de l’ouvrage propose une visite tout en images du Riad Monceau, parfait exemple de l’architecture arabo-andalouse caractéristique des belles demeures de Marrakech, la seconde se veut définitivement plus gourmande avec 56 des meilleures recettes de la cuisine marocaine signées Rachida Sahnoune, chef du Riad Monceau, ainsi qu’un guide complet des plus grands vins marocains. Une première dans le monde de l’édition puisque aucun ouvrage n’avait jusqu’à présent traité de ces vins aussi magnifiques que méconnus hors des frontières du pays.

Un très beau livre de cuisine marocaine donc, mais aussi un livre de voyage et d’évasion, à offrir ou à s’offrir sans hésiter, pour se convaincre, si besoin était, qu’en ces temps tourmentés le Maroc reste le royaume des possibles et Marrakech un must pour voyageurs en quête de destinations gourmandes et raffinées.

A NOTER : La version numérique abrégée du livre peut être consultée gratuitement en ligne sur le site ISSUU.

Informations pratiques

« Le Riad Monceau – La gastronomie marocaine en son palais ».
Editions La Croisée des Chemins

Bilingue français/anglais – 284 pages – 28 X 24 sous couverture toilée.

Code EAN : 9 789954 103647 – ISBN : 978-9954-1-0364-7.

Tapis Mouton d’Or – Vous pensez que les tapis marocains se limitent aux kilims multicolores qui font le folklore – et aussi le charme, soyons francs – du souk de Marrakech ? Détrompez-vous !

A côté de cette production de bazar (aux origines souvent incertaines) existe une vraie production artisanale, beaucoup plus discrète, mais infiniment plus intéressante.

Connu de seuls quelques happy fews – décorateurs, marchands de haut vol ou amateurs bien renseignés – les ateliers joliment nommés « Mouton d’Or » produisent la Rolls du tapis marocain ou, pour être plus juste, du tapis berbère.

Avec pour toute publicité un discret show-room en étage quelque part dans Guéliz – le quartier européen de Marrakech – Mouton d’Or s’est imposé ces dernières années comme le grand spécialiste du tapis de luxe, fabriqué le plus souvent sur commande, sur mesure et, bien sûr, à la main.

Tapis précieux, tapis de prestige, objet d’art… le «Mouton d’Or» est d’une texture extrêmement dense et d’une épaisseur allant de 1 à 5 centimètres de hauteur. Le tissage est réalisé à l’ancienne, par des femmes du village de Talamanzou situé au pied de l’Atlas, avec moins de deux rangés de trame pour les rangs. Résultat : davantage de nœuds au cm2 ; le poil est renforcé et le tapis offre un confort inimitable et une durée de vie… quasiment infinie.

Plus étonnant encore, alors qu’ils sont pourtant le produit d’une technique de fabrication ancestrale, ces tapis sont d’une modernité telle qu’un bon nombre d’entre eux partent décorer de très beaux appartements contemporains aux quatre coins du monde.

Réalisés le plus souvent dans des teintes naturelles  allant du blanc cassé au brun foncé qui leur donnent une beauté intemporelle, les tapis produits par Mouton d’or peuvent aussi désormais s’orner des teintes les plus diverses afin de répondre à toutes les demandes : rose fuchsia, bleu dur,… Tout ou presque est possible.

Seul l’exceptionnel vous intéresse ? Alors cette adresse est faite pour vous…

Contacts pour un rendez-vous au show-room Mouton d’Or de Marrakech : +212 524 434 647 / +212 661 333 493 / +212 671 234 519

J’ai déjà eu l’occasion de traiter ici de la gastronomie marocaine à Marrakech en disant tout le bien que je pensais de cette petite merveille qu’est le restaurant du Riad Monceau qui, depuis,  – hasard ou coïncidence (?) – truste la première place sur la plupart des sites et forums consacrés aux restaurants de Marrakech.

J’ai aujourd’hui une petite pensée pour toutes celles et ceux qui n’ont pas l’occasion de venir sur le Maroc (les pôvres !!) ou qui sont revenus d’un séjour à Marrakech le moral en berne, avec des arômes de fleur d’oranger plein la tête et des parfums de tajines plein les papilles.

Je leur ai en effet trouvé de quoi garder le contact avec le monde merveilleux de la cuisine marocaine sans bouger de chez eux.

Illustration sujet www.gastronomie-marocaine.com

Un super site de recettes marocaines et de bonnes adresses autour de la gastronomie marocaine

Je veux parler ici de l’excellentissime  « Trésors de la gastronomie marocaine », un site web  qui, on l’aura deviné, traite de la… gastronomie marocaine.

Vous y trouverez une sélection pertinente de quelques uns des meilleurs restaurants marocains du Maroc, répertoriés par ville (on ne s’étonnera pas de retrouver le Riad Monceau dans la sélection de Marrakech). Vous y trouverez aussi – et c’est ce qui m’intéresse principalement ici – une liste complète des principales recettes de la cuisine marocaine traditionnelle, directement puisées à la source.

De quoi épater tous vos amis en leur concoctant un couscous aux 7 légumes « Comme là bas, dis !! », un tajine berbère « vrai de vrai » qui devrait pouvoir vous assurer votre petit succès, ou encore une pastilla au lait à tomber par terre.

Et, si tout cela vous donne des idées, il ne vous restera plus qu’à prendre un billet d’avion pour venir participer à l’un des ateliers de cuisine marocaine répertoriés sur ce même site. Peut être pas de quoi obtenir le titre de « dada » (cuisinière marocaine expérimentée) mais la garantie, assurément, de vivre une formidable expérience qui vous fera toucher du doigt (des doigts, plutôt) la réalité profonde de ce beau pays qu’est le Maroc.

Site : Trésors de la gastronomie marocaine

Pour qui arpente un moment les souks et autres bazars de Marrakech, un constat s’impose assez vite : tous les boutiquiers vendent à peu près la même chose et, si au 1er abord toute cette bimbeloterie semble bien sympathique, un examen un peu attentif permet de constater que tout cela ne vaut pas grand chose (dans tous les sens du terme d’ailleurs puisque, le plus souvent, les prix restent très modiques pour peu que l’on discute un peu).

Qu’il s’agisse de maroquinerie (la bien nommée), de ferronnerie, de dinanderie ou autres terres cuites émaillées, l’artisanat marocain reste marqué par une qualité de fabrication (et surtout de finition) médiocre, ce qui peut dans certains cas faire son charme mais aussi, à la longue, ses limites.

Cependant, la frénésie dans laquelle Marrakech se trouve emportée depuis quelques années est venue bouleverser un peu tout cela et, depuis quelques temps, apparaissent de nouveaux créateurs, plus artistes qu’artisans et qui, s’étant aguerris le plus souvent au contact de pointures internationales du design, donnent naissance à une production qui n’a plus rien à envier à celle des maisons les plus prestigieuses.

Le meilleur représentant de cette nouvelle génération est sans nul doute le créateur Yahya Rouach qui porte l’art de la dinanderie à un niveau d’exigence et de perfection sans équivalent, ce qui lui vaut fort logiquement d’être sollicité aux 4 coins du monde.

Ayant débuté comme modeste artisan, Yahya qui est né à Londres en 1972, est désormais à la tête d’un atelier de près de 200 personnes (parmi lesquelles de véritables orfèvres venus d’Europe) qui produisent à l’unité des pièces exceptionnelles, qu’il s’agisse de luminaires, de cadres, de petits meubles, ou d’objets dont le seul rôle est tout simplement d’être beaux.Une oeuvre de Yahya - Marrakech - blog de MaRKo RAK

Cuivre jaune ou rouge, naturel ou brûlé, délicatement satiné ou poli, maillechort lisse ou martelé, ciselé, découpé avec une précision chirurgicale, les métaux mais aussi le bois, le verre donnent naissance entre les mains de ce magicien à des oeuvres d’une délicatesse infinie.

Yahya ayant en outre le génie d’associer une sobriété esthétique conforme aux goûts occidentaux aux motifs et à la thématique propres aux arts de l’Islam (motifs géométriques, floraux ou caligraphiques inlassablement répétés ou déclinés), ses oeuvres séduisent autant les princes saoudiens que les collectionneurs occidentaux les plus avisés.

Il convient en effet de préciser que, si le travail de Yahya n’a rien de comparable avec celui de ses confrères du souk, les prix de ses oeuvres n’ont eux non plus rien à voir avec ceux du bazar… Mais comme l’on dit : « plaisir des yeux mon ami » : visiter le site web de Yahya est un plaisir qui ne coûte rien, pas plus qu’un petit tour dans son show-room de Marrakech. Un endroit qui n’a rien à envier aux belles boutiques de la place Vendôme.

Contact : 00 212 (0) 24 42 27 76
Site web : www.yahyacreation.com

Depuis des années, le même constat s’imposait à tous les marrakchis : si les bonnes tables ne manquent pas à Marrakech (elles auraient même tendance à foisonner !), bien difficile cependant d’y trouver un restaurant marocain valable ; des tables françaises, italiennes, indiennes, japonaises, … en veux-tu en voilà (j’aurai d’ailleurs l’occasion d’en reparler), mais un vrai bon restaurant marocain, authentique et généreux, … disons le tout net : ça manquait.

Pourtant, les guides touristiques – Guide du Routard et Lonely Planet en tête – fourmillent d’adresses hautement recommandées mais où, curieusement, nul marrakchi (ni nul marocain d’ailleurs) ne met pour ainsi dire quasiment jamais les pieds … Allez savoir pourquoi !? Peut-être la faute aux prix (entre 60 et 80 euros), qui peuvent sembler normaux aux voyageurs venus de Londres ou Paris, mais paraissent absolument exorbitants aux yeux des « locaux », bien placés pour connaitre le coût de la vie au Maroc… Peut-être aussi parce que ces adresses ont fortement tendance à proposer un produit « formaté » pour le touriste de passage… ; dès lors, le folklorique ayant souvent tôt fait de prendre le pas sur le gastronomique, les gens qui veulent avant tout bien manger n’y trouvent plus leur compte…

On découvre aussi avec le temps qu’il existe une explication assez logique à l’absence de vrais bons restaurants marocains à Marrakech : le Maroc est un pays pauvre, et les personnes qui peuvent se permettre de sortir (bourgeoisie locale, expatriés) ont généralement d’excellentes cuisinières marocaines à la maison ! Donc, ici quant on sort, c’est pour manger français ou italien, mais rarement pour se précipiter sur un couscous ou un tajine. CQFD.

Tout ceci pour dire que la table dont il est ici question était attendue depuis longtemps par tous les affamés qui désespéraient de pouvoir se délecter, ailleurs qu’à la maison, d’une tanjia confite à souhait ou d’une pastilla au lait légère et croquante.

Cette table c’est celle du Riad Monceau, un petit bijou de l’architecture hispano-mauresque qui a ouvert ses portes il y a quelques mois à 2 pas de la place Jemaa El Fna et qui s’est imposé, depuis lors, comme l’une des toutes meilleures adresses de Marrakech.

Le lieu est chic et romantique à souhait, un peu comme une élégante bonbonnière où quelques privilégiés se donneraient rendez vous le soir pour célébrer l’authenticité d’une cuisine marocaine retrouvée. Les diners sont servis dans un joli salon aux canapés débordants de coussins, ainsi que dans le patio andalou d’un blanc éclatant où quelques tables dressées au bord de la piscine disputent l’espace aux palmiers et autres végétaux.

Le Riad Monceau - blog Focus On Marrakech by MaRKo RAK

L’accueil est attentif et convivial, l’ambiance chaleureuse. La plupart des convives sont évidemment en vacances et il n’échappe à personne que c’est un grand bonheur de pouvoir jouir d’un cadre aussi privilégié.

Quant à la table… c’est un pur bonheur.

Rachida Sahnoune est aux commandes. Sa cuisine puise au plus profond des recettes traditionnelles de la gastronomie marocaine mais avec ce je-ne-sais-quoi d’audace et de sophistication qui signe les très grandes adresses. Élaboré chaque jour selon les humeurs du marché son « Menu Découverte » – un menu dégustation composé de 2 entrées, 1 plat et 1 dessert – est proposé à 360 dirhams (32 euros env.) ce qui en fait, de loin, LE bon plan de la ville.

On notera aussi accessoirement que le restaurant propose ce qui me semble bien être la plus belle carte de grands vins marocains qu’il puisse se trouver en ville : Val d’Argan, Médaillon, Volubilia, Tandem, … autant de merveilles méconnues qui valent à elles seules le détour.


Contact : 00 212 (0) 524 429 646

Web site : www.riad-monceau.com

Attention : 40 couverts en tout et pour tout donc réservation fortement conseillée.

Après avoir découvert Marrakech, comme beaucoup, en tant que simples visiteurs, nous avons depuis quelques années la chance d’y vivre et d’y travailler.
Vivre à Marrakech au quotidien donne évidemment un point de vue très différent et offre un recul dont nous aurions aimé pouvoir disposer lors de nos premiers séjours …
C’est donc en pensant à celles et ceux qui vont emprunter le même chemin que nous, pour quelques jours ou pour toujours, que nous avons conçu ce blog où nous allons livrer quelques conseils, bons plans et autres bonnes adresses garantis « Marrakech from the inside ».

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.